Un peu d’histoire

Située en bordure de la forêt de Lucheux, le territoire de la commune de « Le Souich » fut partagé entre l’Artois et la Picardie jusqu’au milieu du XVIIIe siècle. A la Révolution, les deux parties du Souich furent rattachées au département du Pas-de-Calais pour ne former qu’une même commune. Les bois qui l’entourent en font un havre de tranquillité.

Datée du 16ème siècle pour ses parties les plus anciennes, l’église est dédiée à Saint Nicolas. Elle est construite en pierre calcaire sur un soubassement en damier de grès et de silex. Seules la sacristie et une partie du chœur présentent une alternance de briques et de pierres appelée rouge-barre.

La commune abrite encore de grandes fermes traditionnelles à cour carrée, et bien qu’elles n’aient désormais plus la même fonction, on y distingue encore les différentes parties qui les composent.

A proximité de ces bâtiments, quelques pigeonniers en brique se dressent ponctuellement. Plus loin s’élève une reproduction de la grotte de Notre Dame de Lourdes devant laquelle une célébration religieuse a traditionnellement lieu le 15 août.

Les matériaux qui ont permis d’édifier les habitations de ce village sont en grande majorité la brique et le torchis. Ce dernier élément de construction tient depuis longtemps une place importante dans la fabrication de nombreuses maisons de cette partie du territoire. Le Souich a d’ailleurs montré son attachement à la conservation de ce type de patrimoine en réalisant, à l’aide des habitants et des Compagnons, la restauration de la chapelle Notre Dame de Consolation entièrement en torchis.

 

Pour plus d’histoire sur notre village, vous pouvez vous procurer le livre « Un village à cheval sur les frontières d’Artois et de Picardie » de René Boyenval (1945). Ci-dessous un compte rendu tiré de « Revue du Nord, tome 28, n°112, Octobre-décembre 1946. pp. 312-315. Sangnier G. René Boyenval Un village à cheval sur les frontières d’Artois et de Picardie : Le Souich, 1945. »

 

Partagez :